Février : l’appel de l’Ouest

Février : l’appel de l’Ouest

28 février 2019 5 Par Alex

Je te le disais à la fin du mois dernier, je suis maintenant dans l’Ouest Canadien. Cela fait donc un mois que je découvre cette partie du pays que je ne connaissais pas encore avant mon PVT.

Après avoir flâné à Toronto j’ai donc rejoins Calgary pour la première des quatre étapes qui composent ma découverte de l’Ouest.

Calgary, premier aperçu

Durant ce mois de février, j’ai fais deux passages à Calgary, tu verras que j’ai donc fait deux parties à propos de cette ville 😉

Histoire et Découverte de la ville

Calgary, plus grande ville de la province de l’Alberta et se situe à la 3ème place au niveau national. Elle compte environ 1 200 000 habitants. L’histoire de cette ville est surtout animé par l’industrie pétrolière et chimique. Cependant, elle a aussi été marquée par la tenue des JO d’hiver de 1988. Le symbole de cet évènement est la « Calgary Tower » dont la forme a été utilisée pour la flamme olympique de cette édition. Pour ces JO, le relai de la flamme avait parcouru 18 000km à travers le pays avant d’arriver à Calgary 😮 .

Cette histoire donne à la ville une identité bâtie autour de cet évènement majeur avec ses parcs olympiques et ces structures d’accueil encore existants aujourd’hui.

Transports et programme

Pour se déplacer dans cette ville très étendue, la voiture est nécessaire mais je m’en suis quand même sorti jusqu’à maintenant sans en avoir. Par contre, le réseau de transport composé de bus et d’un « Ctrain » (équivalent d’un tramway) n’est pas vraiment efficace (malgré sa gratuité en centre-ville !). Du coup ça donne une ville où les voitures sont partout avec le bruit et la pollution qui vont avec…

Voilà donc ce qu’à été mon programme de visite du centre-ville de Calgary : Calgary Tower, Olympic Plaza, Bow River, le Chinook Mall.

Le premier logement que j’ai eu à Calgary a tout simplement été le meilleur Airbnb depuis mon arrivée au Canada (ou sinon juste après celui de Toronto :p). Ryan a été hyper accueillant, sympathique et hyper discret. En plus, son logement est plutôt bien placé par rapport au centre-ville.

Communauté Francophone

J’ai sollicité la communauté Francophone une fois arrivé à Calgary pour connaître les endroits à visiter et les choses à y faire. J’ai ensuite fais la rencontre de plusieurs français(es) installé(e)s ou de passage à Calgary. Ça m’a permis de découvrir d’autres histoires et de partager la mienne. C’est aussi l’occasion de passer quelques bons moments autour de bonnes bières (en nombre et très variées par ici).

les bons moments à Calgary

Proximité avec les Rocheuses

Les Rocheuses… étape obligatoire dans le parcours du Canada. Pour que tu le saches et après je ne t’embête plus : « Les Rocheuses » est une chaîne de montagne traversant les U.S et le Canada sur 4800 km. Cette chaîne montagneuse est évidemment composée de plusieurs sommets dont le plus haut culmine à 4401m d’altitude (le Mont Elbert dans le Colorado).

Calgary est située à environ 1h30 de Banff, 2 heures de Lake Louise et 5 heures de Jasper qui font tous les trois partie des endroits les plus beaux des Rocheuses. Avec deux françaises rencontrées à Calgary, j’ai eu la chance d’aller faire une randonnée de 2 heures et 700 mètres de dénivelés à Banff et finir avec une vue magnifique sur les massifs environnants.

Tout ceci, sans oublier la moyenne des températures connues à Calgary lors de ce premier passage : entre -20 et -30 degrés 😉

Photos

Voici les photos de la visite du centre-ville de Calgary et de la randonnée à Banff :

Edmonton

Capitale de la province de l’Alberta, elle abrite donc beaucoup d’institutions et d’organismes publics.

Du très froid

Autant te le dire tout de suite, j’ai fait un passage éclair (3 jours) à Edmonton et les températures, entre – 35 et -40 ressentis, pendant ces trois jours ne m’ont pas encouragé à passer beaucoup de temps dans la ville. J’ai quand même visité (rapidement) le centre-ville que j’ai trouvé très calme pour une grande ville. Je pense que je n’étais pas le seul à me peler…

De plus, l’auberge de jeunesse de Edmonton n’était pas très bien placé par rapport au centre-ville et proposait de bons équipements. J’ai donc passé pas mal de temps à l’intérieur.

Ville familiale

Il n’y a pas vraiment d’histoire à raconter sur Edmonton ni d’endroits particulier à visiter, en centre-ville. Cela reste donc une ville familiale avec une large population de travailleurs publics. Certains bâtiments sont jolis à voir mais le centre-ville est essentiellement composé de buildings.

Le mini-périple

C’est pour en partir que cela a été « difficile » pour moi… En effet, j’avais réservé le train pour rejoindre Vancouver. C’est aussi pour cette raison que j’ai fait étape à Edmonton. En effet, Calgary n’abrite pas de gare de voyageur… Je devais donc quitter Edmonton à 9h du matin pour arriver à Vancouver 30h plus tard soit, le lendemain vers 15h. J’avais réservé un Airbnb à Vancouver pour 1 petite semaine (voir partie sur Vancouver).

Cependant lorsque je me suis rendu à la « gare » de Edmonton (petite gare équivalente à celle de Bonson :D), l’agent m’annonce que le train roule avec quelques 20 heures de retard… et qu’il arriverait à 5h du matin le lendemain…

j’ai d’abord cru à la supercherie

Même avec notre bonne vieille SNCF je n’avais pas encore connu d’annonce comme celle-ci. J’ai commencé par demander si c’était une blague, mais devant le sérieux de l’agent j’ai réalisé le bazar…

Je pense que tu as compris aussi vite que moi à ce moment-là que ma première nuit de Airbnb était foutue si je restais sur ce plan. Eh oui parce que si le train arrive déjà le lendemain à 5h du matin, j’arriverai le jour encore d’après vers 13h.

Plan B

Le plan B a donc été activé en urgence avec la recherche d’un avion avec plusieurs critères :
– Vol pour arriver au plus tard le lendemain soir à Vancouver
– Essayer de rester dans les mêmes prix que le train (env. 200$)
– Ne pas faire escale à Mulhouse

Par chance, j’ai trouvé un vol direct pour le lendemain matin au départ de l’aéroport de Edmonton, situé de l’autre côté de la ville. Le vol était à peu près au même prix que le train mais il allait me falloir ajouter une nuit supplémentaire (que j’aurai du passer dans le train) à Edmonton ainsi que deux repas (oui parce que, même si c’est un plan B, il ne faut pas oublier de manger :p).

J’ai donc rejoins l’aéroport via une navette (bien moins cher que Uber), j’ai ensuite pu trouver mon hôtel à côté de l’aéroport pour la modique somme de 70 $CA (avec le petit-déj’).

Photos

Voici les quelques photos que j’ai faite à Edmonton

Vancouver

Une ville magnifique

Vancouver se résume aux trois éléments qui la composent : l’océan Pacifique à l’Ouest, Les Rocheuses Canadiennes à l’opposé et un centre ville magnifique. Dis comme ça… ça fait rêver. En effet, ça m’a fait rêver avant d’y arriver. Qu’est ce que ça donne fois sur place ? Pour moi, cela n’a pas été une désillusion car j’ai vraiment trouvé l’environnement magnifique et la ville en elle-même très belle. C’est au niveau de l’atmosphère régnant dans la ville que j’ai été un peu déçu/surpris/désappointé. Je t’explique tout ça tout de suite…

Une extension de l’Asie

Première surprise (bien qu’ayant eu quelques échos), j’ai remarqué que 80-90% de la population de Vancouver est principalement composée d’Asiatiques. Autant te le dire tout de suite, ce sont des travailleurs, des gens respectueux mais ce ne sont pas les plus chaleureux. Du coup, ça se ressent vraiment dans les rues et dans la majeure partie de la ville.

Attention, ceci n’est pas l’unique raison pour laquelle j’ai choisi de ne pas rester à Vancouver mais ça a fait partie de la réflexion.

Un climat attrayant

J’ai passé à Vancouver, les journées avec les plus hautes températures depuis mon arrivée début-janvier. Le maximum que j’y ai connu pendant cette semaine était 5 degrés (au dessus de zéro !!!).

Le climat y est généralement plus calme et plus tempéré que dans les autres endroits du Canada. Cela s’explique par la proximité des Rocheuses d’une part et de l’Océan Pacifique de l’autre part. Cela permet d’avoir les ingrédient d’un climat tempéré.

Il y a même quelques plages à l’Ouest du centre-ville, de quoi se dorer la pilule en sortant du boulot…

Des points négatifs

Par contre voici quelques points qui ont titillé mon attention concernant le climat dans cette ville : il y pleut beaucoup… mais vraiment beaucoup et régulièrement pendant l’automne et l’hiver.

En été, les incendies fréquents dans les forêts alentours, amènent souvent des nuages de cendre sur la ville. Pas très cools pour aller bronzer ou même aller bosser : Exemple en Août 2018 / puis en Septembre 2017

Une histoire de « feeling »

Le dernier des points qui m’a marqué à Vancouver est ce sentiment d’insécurité que j’ai ressenti dans l’hyper centre-ville. Je ne l’avais pas ressenti depuis mon départ de France et il a ressurgi alors que je me promenais dans les ruelles du centre. J’ai été marqué par « Hastings Street » qui longe le quartier chinois de Vancouver. J’y ai trouvé des sortes de « campements » de sans-abris. C’est bien malheureux de voir ça dans une ville d’apparence si jolie et si dynamique. Du coup, malheureusement, ça amène un sentiment et une atmosphère assez particulière quand tu te promènes au milieu de tout ça. Ces images, ce ressenti, je ne les avais pas eus dans les autres villes du Canada que j’ai eu la chance de visiter. Pourtant je fais tout pour me mêler au maximum à la vie locale pendant mes séjours (transport en commun, airbnb, journées passées en centre-ville).

Photos

Même si j’ai pas eu un climat au top pour visiter la ville, j’ai pu bénéficier de quelques éclaircies pour mes sorties et mes photos.

Calgary, partie 2 : le retour

Les raisons du retour

Un petit rappel sur mon projet : visiter puis trouver un endroit où m’installer pour la durée de mon PVT.
Maintenant que tu as compris pourquoi je ne suis pas rester à Vancouver, laisse-moi t’expliquer pourquoi je suis revenu à Calgary.

J’ai souhaité rester à proximité des Rocheuses dans l’attente des beaux jours et pouvoir aller y faire des randonnées et du camping. Il me fallait donc profiter de cette occasion d’être à proximité pour aller y faire un tour.

En plus, je te l’explique au début de cette article, j’ai passé du bon temps à Calgary. La ville en elle-même est sympa, on s’y sent bien et les gens y sont chaleureux à l’inverse du climat.

Le voyage Vancouver -> Calgary

Pour changer de l’avion et puisque j’avais tout mon temps devant moi, j’ai décidé de faire le voyage retour vers Calgary en voiture.

Puisque je n’ai pas souhaité faire les 10 heures de route d’un seul trait, je me suis prévu 2 étapes avant mon point de chute final. Ces étapes étaient « Kamloops » et « Lake Louise ».

Kamloops, à 4h de Vancouver, une des entrées dans les Rocheuses. Rien de bien particulier dans cette ville. J’ai tout de même demandé à l’accueil de l’hôtel si il y avait quelque chose de particulier à y faire, la réponse à été négative 🙁 …

J’y ai quand même passé une très bonne nuit pour reprendre la route lendemain jusqu’à Lake Louise.

Cette partie de le route a été assez laborieuse à cause des conditions météo. Il avait pas mal neigé et je n’ai pas connu de températures au dessus de -10 degrés pendant ma traversée. Ce qui fait que j’ai subi deux blocages de la route suites à des accidents (une fois 30 minutes et une autre fois plus de 2 heures).

Pour connaître mon itinéraire, en voici le détails : Vancouver -> Calgary

J’ai enfin retrouvé Calgary et le groupe de PVTistes Français avec lequel j’avais sympathisé lors de mon premier passage. J’ai passer encore quelques bons moments puis est venu le temps des décisions…

« fin du game » comme dirait l’autre

Quelques photos

Les prévisions v.s Les décisions

Comme expliqué plus tôt je pensais rester aux alentours des Rocheuses. Le but étant d’y aller faire des randonnées et du camping pendant les beaux jours (entre mai et juin). Dans cet objectif j’avais déjà sollicité Ryan (le premier Airbnb visité à Calgary) avec qui, la collocation était en train de se préparer tranquillement. En attendant j’ai logé en auberge de jeunesse pour les premiers jours après mon retour à Calgary.

Cependant, pour rester il me fallait trouver un job (eh oui je ne suis pas Crésus non plus). Lors du premier entretien pour un job sur Calgary, j’ai eu une sorte de déclic : je me suis demandé si l’intention d’aller dans les Rocheuses quelques mois plus tard devait prévaloir sur ma première expérience pro canadienne. Pour moi, ce projet d’installation au Canada est capital. Je dois donc mettre toutes les chances de mon côté. C’est pour cela que j’ai privilégié un premier boulot dans l’informatique (pour me faire un avis sur le marché de l’emploi dans mon domaine) et c’est aussi pour cela que j’apporte de l’importance à l’avis que pourrait avoir cette première entreprise sur moi. N’oublions pas que les entreprises Canadienne utilisent majoritairement le « réseau » pour embaucher leurs nouveaux employés.

la réflexion fut longue mais fructueuse…

C’est donc suite à cette dernière réflexion et à ce « déclic » que j’ai décidé de retourner sur Toronto. Comme le dit si bien mon cher frangin « les Rocheuses ne vont pas s’envoler demain« . J’aurai tout le temps de faire ce que je voulais y faire dans les moins/années à venir. De plus, les opportunités y sont plus nombreuses dans cette ville et cela me permet aussi de préparer le terrain (l’appartement) pour le mois de juillet (ahah !).

Photos

Voici les photos de mon deuxième passage à Calgary (le logement, le « Core Center » et la bringue avec les frenchies) .

Les chiffres

Comme je l’ai fait pour le mois de janvier voici le résumé des chiffres pour février. J’ai :

  • Visité 3 villes : Calgary, Edmonton, Vancouver
  • Battu le record du mois dernier sur les plus basses températures de ma vie (pour l’instant) avec les -38 degrés ressentis à Edmonton
  • Dépensé environ 3000 CAD$ soit  2000€ répartis de la manière suivante : Hébergement = 35%, Transport = 42% (ouch les avions!), Alimentation = 14%, Divers/Sorties/Bières = 7% et Équipement = 2%

Spoiler-Alert : le mois prochain

Lors de la publication de cette article, je suis de retour à Toronto. Je compte entamer ici la deuxième partie de mon projet : trouver un job et m’installer au Canada. Oui, maintenant que j’ai visité les principales villes du pays, il me faut choisir celle dans laquelle je souhaite m’établir. Ma ville favorite était déjà Toronto avant mon départ. Cependant, je ne regrette vraiment pas ce que j’ai fait pendant ces deux mois. J’ai rencontré des gens très sympas avec qui je garde le contact et que je reverrai avec plaisir. J’ai aussi eu l’occasion de visiter des villes que je ne connaissais pas avant (Calgary, Edmonton et Vancouver).

Maintenant mon avis est « arrêté » (jusqu’au prochain changement). Je dois m’investir à fond dans cette nouvelle étape qu’est l’installation à l’étranger, en tant qu’expatrié. Je te parlerai de tout ça dans un mois donc 😉