Avril : deux ans à Montréal

Avril : deux ans à Montréal

30 avril 2021 4 Par Alex

Voilà ! Ça fait officiellement deux ans que je suis installé à Montréal et que j’y travaille. C’est donc l’heure de faire un petit bilan de ces deux années.

J’avais envie de faire ce bilan pour me rendre compte de ce que je retiens de ces deux premières années d’expatriation loin de ma terre natale.

Pour moi, le bilan s’articule en trois partie : le travail, la vie en général, le logement. Je finirai par faire un résumé des projets que j’aimerais entreprendre pour la suite.

Travail

Bien sûr, je suis venu au Canada pour donner une autre dimension à ma vie professionnelle. De ce côté-là, j’ai été servi puisqu’en deux années, j’ai occupé 3 emplois différents.

Découverte

Tout d’abord j’ai découvert le marché du travail canadien à Calgary en février 2019. À ce moment-là, j’avais commencé à passer quelques entretiens qui auraient pu être concluants mais c’était avant que je décide de retourner à Toronto.

Une fois à Toronto, cela a été un peu plus délicat car dans cette grande ville très dynamique il est assez difficile de débarquer, sans contacts sur place et d’y trouver un poste intéressant en quelques jours. Après avoir écumé les foires à l’emploi sur place, je me suis rendu à l’évidence que ça allait être plus long que ce que mon budget me permettait. Se loger à Toronto revient assez cher, surtout en mode temporaire avec AirBnb. Si tu veux plus de détails sur ce passage à Toronto c’est par ici : mars 2019.

Le réseau

C’est donc à ce moment-là que j’ai vu le peu de réseau que j’avais au Canada entrer en jeu. Suite à l’envoi de mon CV dans une entreprise de Montréal (via le très précieux intermédiaire de Jordane), j’ai eu un entretien et une offre d’emploi comme Consultant TI dans cette la plus grande agglomération francophone d’Amérique du Nord.

J’y ai donc vu l’occasion de reprendre le parcours que j’avais laissé en France. Quelques semaines plus tard, je me retrouvais donc dans cette belle ville pour y commencer à y travailler.

Évolution

Au fil des mois et surtout de mon premier mandat comme consultant Microsoft pour Tourisme Montréal, j’ai appris à découvrir Montréal. J’ai été rapidement considéré comme un employé à part entière par les personnes travaillant dans cette entreprise de promotion de la ville.

Cela m’a permis de goûter aux nombreux évènements organisés par TM et donc de découvrir le côté festif de Montréal. Je n’aurais pas pu souhaiter mieux pour découvrir un endroit qui m’était inconnu et que j’ai appris à aimer.

En moins d’un an, j’ai été embauché comme Gestionnaire informatique dans cette entreprise. J’ai donc pu voir un parcours se dessiner tranquillement devant moi.

Les mois ont passé, les projets intéressants aussi puis la pandémie est arrivée.

Le secteur du tourisme faisant partie des plus touchés, j’ai rapidement constaté que la donne avait changé et que le dynamisme que j’avais connu en arrivant allait peu à peu s’estomper pour laisser place à l’incertitude et les mauvaises nouvelles. J’ai donc vu l’entreprise pour laquelle je travaillais lutter pour sa survie et réduire drastiquement ses ambitions et ses effectifs.

Quand j’ai donc décidé de ne pas subir la situation et de prendre les devants, j’ai choisi de retourner dans un poste de consultant pour me permettre de continuer de gagner en expérience malgré ce climat d’incertitude.

Cela fait maintenant un peu plus de six mois (depuis octobre) que je suis redevenu Consultant Microsoft pour différents clients. Même si l’ambiance de Tourisme Montréal arrive à me manquer parfois, je sais que c’était la bonne décision pour mon parcours professionnel.

Aujourd’hui, je met le cap sur les certifications pour me permettre de capitaliser l’expérience acquise jusqu’ici et pour pouvoir prendre de nouveau mon « envol » professionnel dans les années à venir.

Je garde en tête la cible que je me suis fixé au début de ce projet d’expatriation, à savoir : apprendre et découvrir le plus possible pour avoir le choix dans mes opportunités futures. Je verrai bien où cela me mène pour la suite…

Vie perso

Du côté de la vie personnelle, cela a été moins mouvementé je l’avoue…

Deux années, deux ambiances

La première année (2019-2020) a été tout simplement folle. Les festivals, les nouveaux amis, les soirées, les chalets, les sorties m’ont permis de redécouvrir les plaisirs de la jeunesse que j’avais un peu mis de côté avant de partir au Canada.

J’ai d’abord eu la chance de rencontrer un tas de gens très sympa d’un bout à l’autre de ce pays. Essentiellement des français dans la même démarche/mentalité que moi.

Une fois installé à Montréal j’ai pris un peu plus le temps de côtoyer des personnes me correspondant un peu plus. Certaines de ces personnes sont ensuite devenues ensuite de vrais amis.

Je pense honnêtement que c’est en partie grâce à ces amis que je suis arrivé à tenir le coup pendant ma deuxième année ici. On est comme coupés du monde avec très peu de choses à faire et beaucoup de contraintes sociales.

L’éloignement avec la famille n’a pas non plus aidé dans cette période de pandémie. Cela fait maintenant 3 fois que j’essaie de rentrer en France pour voir mes proches et que mon vol est annulé. Ça devient de plus en plus dur de n’avoir que des nouvelles par messages/appels. Pour l’instant, je mise toujours sur le mois de juillet pour passer un peu de temps avec eux. En espérant que certaines contraintes seront levées suite à la vaccination de masse (je vais pouvoir prendre mon rdv le 10 mai au québec).

Bien sûr, la vie personnelle rime aussi avec vie de couple. Je sais que j’ai des progrès à faire de ce côté-là (n’étant pas une personne hyper extravertie de base). J’espère pouvoir te donner des infos pendant ma troisième année ici…

Logement

Pour le logement, là aussi c’est encore une partie bien différente qui s’est jouée pendant ces deux premières années.

En effet, j’ai gardé le même logement depuis le mois de mai 2019. Celui-ci m’a permis de profiter pleinement du quartier des spectacles pendant l’été 2019.

En 2020, j’aurais pu changer pour moins cher. L’incertitude autour de la pandémie a fait que je suis resté au même endroit (avec quelques regrets quand même).

Pour 2021, ça va bouger (enfin) ! Le déménagement est prévu pour le 26 juin pour un appartement plus grand avec une chambre fermée et un bureau #grandluxe (rdv dans deux mois pour les photos). Je vais également en profiter pour changer de quartier et retrouver un peu de vie en dehors du centre-ville. Cela fait maintenant 1 an que le centre-ville de Montréal (comme beaucoup d’autres villes) est désert et ne propose plus grand-chose comme activités.

Projets pour la suite

En tant qu’expatrié au Canada, la suite de mon aventure est rythmée par l’obtention de visas.

Le prochain devrait être dans environ deux ans pour la résidence permanente. Ensuite, deux autres années seront nécessaire pour l’obtention de la citoyenneté canadienne. Je sais donc que je reste au Canada (sauf imprévu) pour les quatre prochaines années. Ça peut paraître long, mais ça me permet aussi de me projeter un peu plus. Aussi, je suis plus à l’aise dans ma tête. Sachant que je peux entreprendre des projets perso pour les prochaines années.

Par exemple, j’ai bien l’intention d’acheter un logement vers la mi-2022. Pour moi, c’est un gros projet. Je suis presque certain que Montréal peut me proposer quelques belles années. Une fois que tout sera reparti sur les bons rails bien sûr. La ville va continuer d’attirer du monde et de s’accroitre. L’achat est assez pertinent je trouve dans la mesure où je dois investir pour l’avenir. Surtout ne sachant pas forcément à quel endroit je vais continuer ma vie, il sera important d’avoir un point de fixation quelque part…